Créer un jardin zen

Se retrouver dans son jardin c’est pouvoir s’y poser, ressourcer c’est-à-dire passer un agréable moment que ce soit seul ou en compagnie, en toute convivialité, c’est un espace à ne pas négliger.Pour cela, il peut être utile de s’inspirer des jardins japonais réputés pour leur paisibilité et leur ouverture sur un espace de bien-être. Leurs caractéristiques sont savamment étudiées et cherchées . Aussi, il s’agit de mettre en œuvre quelques règles simples d’aménagement poru créer un jardin zen inspiré des techniques du jardin japonais.

Quelles sont les règles à respecter pour créer un jardin zen ?

  • Respecter l’équilibre entre les éléments opposés

Contrairement aux jardins à la française ou tout est symétrique pour former un aspect harmonieux, les formes recherchées visent avant tout à favoriser les équilibres pour obtenir un ensemble dépaysant, étonnant mais qui reste visuellement très agréable à regarder, respirer, ressentir.

En cela, il est tout à fait possible d’assembler des éléments de nature différentes, de textures végétales et minérales. L’idée est de pouvoir jouer entre le clair et l’obscur pour révéler certaines essences naturelles et les mettre en valeur. De même, il est ainsi possible de jouer avec les densités de feuillage, les contrastes de couleurs tout en restant sobre.

  • Respecter l’asymétrie

Le jardin est un espace dynamique répondant à un triptyque de nature asymétrique. Les éléments sont assemblés par trois à l’aide d’une ligne invisible verticale et horizontale pour relier les éléments entre eux. En effet, l’équilibre est ainsi défini de manière tridimensionnel.

  • L’importance de la perspective

Grâce au respect des deux précédentes règles, il est possible de mettre en œuvre un effet de perspective pour donner un aspect de profondeur au jardin mais aussi d’espace. Définir une perspective c’est déterminer quel sera le principal angle visuel qui sera posé sur le jardin tel un tableau sur lequel seront posés les yeux en premier avant de chercher tous les détails, recoins.

Il est important de s’en référer à la définition asiatique de la perspective à savoir que 3 angles de profondeurs sont à rechercher en tant que base visuelle pour fixer des repères de travail.

Ainsi la référence à un premier plan, un plan intermédiaire, un plan lointain seront à définir en priorité. Les éléments entre chaque plan seront occupés par des matières liquides, de la mousse ou du sable.

Révéler par la dissimulation


La jardin japonais invite à se poser et prendre le temps de découvrir. Pour cela, il recèle de multiples surprises qui ne seront pas visibles au premier regard. Dès lors, des forêts de végétaux, des bambous, arbustes assez élevés faisant office de clôturé ou de pare-vue permettront d’organiser le jardin et laisser place à l’inattendu, créer des espaces particuliers et inciter à poursuivre sa découverte. Ces éléments naturels sont mouvants, bougent au gré du vent ce qui permet de ne pas figer l’aspect du jardin et de son visiteur amené à poursuivre sa marche.

Après avoir respecté ces quelques notions de base, il est possible de s’interroger pour concevoir son jardin zen à la manière japonaise. Après avoir pris le temps d’imaginer son jardin, d’élaborer un budget, il sera possible de concevoir un plan pour donner forme à ses idées d’aménagements extérieurs. Des mesures seront à prendre pour définir échelle de mise en œuvre et les capacités d’accueil de cet espace avant de se lancer complètement.

5/5 - (1 vote)