Le Périnée et l’hypertonie

Qu’est ce que l’hypertonie ?

L’hypertonie signifie que certains muscles ne bougent plus provisoirement car ils sont rétractés. Cela est rendu possible par nature ou parfois du fait d’un mauvais positionnement et une raideur. Il existe des périnées rétractés lorsque le bassin ne bouge pas et se trouve mobilisé d’un bloc par rapport à la colonne vertébrale.

En fait, l’élasticité périnéale dépend de la gestuelle quotidienne : les mouvements élémentaires devraient permettre de faire bouger le périnée dans toutes ses directions. Or le périnée est obligé de vivre avec nos modes de fonctionnements assez sédentaires et lui font subir une grande forme de pesanteur à longueur de journée. Cette partie de l’anatomie est alors assez négligée d’autant plus qu’elle est facilement oubliée au profit de zones plus étendues comme les douleurs du dos ou du ventre, les migraines etc ..

Existe-t-il des personnes prédisposées à la  rigidité périnéale ?

  • Des raisons mécaniques à la rigidité Il est constaté que les grandes sportives sont plus enclines à rencontrer une forme de rigidité périnéale même si elles ne souffrent d’aucun dysfonctionnement. On observe alors davantage de phénomène de constipation et d’incontinence lors des efforts quand bien même le périnée se trouve intact et très tonique. En fait, le périnée rétracté se retrouve particulièrement lorsque le bassin est mobilisé chez les danseuses, les cavalières, les gymnastes qui possèdent une musculature très tonique mais une attitude tournée vers l’extérieur qui modifie le positionnement naturel par nature.
  • Des raisons non mécaniques : Certaines personnes se trouvent gênées lorsqu’elles doivent activer leur périnée volontairement lors d’examens gynécologiques. Cela peut révéler une relation psychologique particulière parfois refoulée, liée à la sexualité associée à un traumatisme. Cela est différent de la dissociation ou la femme ne ressent rien malgré l’examen. La dissociation révèlerait un phénomène d’insensibilité malgré l’appui sur les parois. Et pour cause, les abus sexuels que ce soit dans l’enfance ou ultérieurement peuvent créer des répercussions psychiques et physiques. Il est alors constaté beaucoup de douleurs abdominales, de constipations, d’incontinence, de troubles alimentaires voire de difficultés dans la maternité : interruptions de grossesse, fausses couches inexpliquées, malaises, panique à l’idée d’accoucher, forceps et déchirures, césarienne. Au-delà, ce sont des problèmes de contraction de vaginisme et d’anisme localisés au niveau périnéal sans que ne soit remise en cause la qualité musculaire du tissu. La science explique mal tous ces phénomènes un constat est réel : s’il n’y a pas forcément de traumatisme sexuel à l’origine du vaginisme, l’anisme quant à lui porte presque toujours la trace de l’abus de manière directe ou Trans générationnel.

Comment remédier à l’hypertonie et la posture fixée ?

Le massage peut être une approche mais ne sera pas suffisant en lui-même : il permettra au mieux de faire circuler le sang mais il ne va pas permettre de repositionner un muscle raccourci par une position trop longtemps figée ou une articulation bloquée. L’idée est alors de changer durablement le positionnement à l’origine de cette statique telle une rééducation inversée afin de libérer les articulations d’une zone trop longtemps oubliée, niée.

Il est à noter que la simple rééducation de type musculaire par le renforcement du seul muscle pubo-rectal ne va pas régler à lui seul le problème. Même si une amélioration peut être constatée, ce ne sera pas en soi une totale guérison.

5/5 - (1 vote)