Qu’est ce que le stretching ?

Le stretching est une méthode d’étirement musculaire. Issu du hatha yoga, de la gymnastique et de la danse classique, cette pratique a su tirer tous les bénéfices d’assouplissement corporelles utiles à une bonne condition physique au quotidien. De nombreuses variantes sont issues de ces méthodes. Il existe alors autant de pratique que de professeur. L’idée est de faire de la prévention des maux de dos et d’améliorer la souplesse dans sa globalité.

Il existe différentes 5 méthodes de stretching de base

  • Le passive Lift and hold : concrètement il s’agit d’exercer une traction passive et de tenir la position. La pratique est alors assez élaborée qui se réalise à deux : une personne étire progressivement l’articulation de l’autre jusqu’à son maximum pendant une minute. Dans un premier temps, les muscles se contractent pendant 6 secondes ensuite les muscles se laissent étirer passivement durant 54 secondes. Cette méthode a fait ses preuves mais requiert une certaine expérience en plus d’un contrôle et d’une connaissance du corps.
  • La méthode PNF dite proprioceptive neuromuscular facilitation : cette pratique s’exécute également à deux et se trouve quelque peu complexe. Il s’agit d’étirer un ensemble musculaire, garder l’extension, détendre le muscle quelques secondes avant d’étirer encore le muscle. Cette méthode est utilisée chez les athlètes de haut niveau ainsi qu’en rééducation.
  • Ballistic and Hold : autrement dit de balancer et maintenir la position. Plus simple, il s’agit de réaliser des balancements d’un bras ou d’une jambe et de maintenir ce membre pendant 6 secondes en posture extrême.
  • Relaxation Méthod : méthode de relaxation efficace qui vise à obtenir l’extension de la capacité musculaire tout en limitant le réflexe de contraction. L’endurance permet d’atteindre de belles capacités. Ce stretching est particulièrement recommandé aux personnes nerveuses ou tendues.
  • Prolonged Stretching : le stretching prolongé implique qu’un partenaire étire durant une minute une articulation à son maximum.

A la maison, faute de partenaire, un stretching postural simple sera préconisé. De surcroît, la pratique du stretching est indispensable ou très bénéfique après certaines activités sportives telles que le jogging, le vélo, le tennis, le ski, le squash, l’escalade, la randonnée, le trail.

Cependant nul besoin d’avoir pratiqué un sport pour exercer des étirements. En effet, la majorité des personnes, en raison de sédentarité avérée, activent les mêmes muscles ce qui les renforce au détriment des autres groupes musculaires au risque d’engendrer certaines déformations vertébrales. Certains muscles peuvent s’atrophier et perturber l’équilibre du corps de manière globale. De surcroît, la circulation des énergies corporelles se trouvent malmenées tout comme la malnutrition du cartilage qui engendre des inflammations d’articulation entre autre. Avec l’âge peut survenir à terme l’ostéoarthrite qui correspond à une diminution de l’espace autour de la structure osseuse. Au-delà, l’immobilité peut entraîner une tendance à la calcification.

Ainsi, la pratique du stretching permet une baisse du risque de luxation voire de rupture des articulations grâce à la souplesse articulaire qu’il fait travailler en douceur et en profondeur. Voilà pourquoi il est essentiel de ne pas faire l’impasse sur l’échauffement utile à toute activité sportive et de ne pas négliger la phase d’assouplissement à la fin d’un entraînement.

5/5 - (1 vote)